Fils, aujourd'hui on va se parler comme des Hommes

Ca me désole de devoir le faire si tôt, mais dehors c'est le désordre. 

Tu me diras papa, ce monde est crade j'aurais voulu rester au chaud ici c'est cru et bad et l'amour y'en a pas.

Tous unis comme Benneton, j'écris ton nom

Je me souviens de ce poème comme le premier texte qui m'ait vraiment marqué, ça paraissait loin et abstrait quand on était gamins.. Une réalité extrêmement triste parmi tant d'autres, mais qui me révolte particulièrement, c'est de ne pas pouvoir garantir aux enfants qui naissent aujourd'hui en France ce même droit à l'insouciance. Celui qu'on avait dans la cour de l'école, quand on pensait qu'à taper dans un ballon et à faire les cons avec nos potes renois et de couleur basanée sans se poser aucune question. Le vrai problème, c'est que désormais nourris par la peur et pourris par les amalgames de leurs parents, de plus en plus n'attendront plus de grandir pour devenir réellement cons.

Alors même si c'est l'attentat le plus meurtrier depuis 1835 et qu'on sait tous tout ce qui a pu se passer depuis, l'heure n'est certainement pas à l'historicisme, l'amalgame, la peur, ou la division ; mais bien au rassemblement derrière les valeurs communes à TOUS les français. Pour qu'on se donne de la force tous ensemble. Pour qu'aussi librement qu'on jouait au foot avec Noaiss' ou Anis dans la cour de l'école primaire de l'Yser, Thomas y joue demain à "embrassez qui vous voudrez" avec Yasmina, sans que le premier écoute son vieil oncle raciste ou la deuxième son cousin parfois un peu trop haineux, et que tous les deux regardent le monde et l'amour - quitte à avoir l'air cons mais en évitant de faire l'erreur de le devenir - en continuant de réciter :

"Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté"

"L'écho de mon enfance" prend tout son sens aujourd'hui.

Tous unis comme Benetton. Charlie Hebdo, j'écris ton nom.

J'arrive bientôt, mon twitter perso ci-dessous, je vous accueillerai avec plaisir dans mes "followers". Je fais pas dans le chiffre, pas de "follow-back" ou de bêtises comme ça. Abonnez-vous si vous aimez, et je ferai de même!

Commentaires : 0